jeudi 27 août 2015

Littérature #32 - Avis non autorisés de Françoise Hardy



Chers curieux,

Je suis déjà de retour sur le blog avec une nouvelle chronique littéraire. Aujourd'hui, je vais vous donner mes impressions sur Avis non autorisés de Françoise Hardy. J'espère que vous allez bien et que vous passerez un bon moment en ma compagnie :)


François Hardy est une des auteures-compositrices-interpètes phare des années yéyé. Si vous voulez en savoir (beaucoup) plus, je vous renvoie vers la page Wikipédia qui lui est consacrée en cliquant ici. Je vous invite également à lire cette interview publiée par Le Figaro, ici.

Je ne sais pas pourquoi, petite, je me suis prise d'affection pour elle, sans forcément écouter ses chansons (et, diantre, surtout pas celles de ses jeunes années), je la suis de loin en loin depuis... euh... toujours? Oui, toujours.

Parce qu'il y a ceci. Aussi. Surtout.




Le quatrième de couverture 

Quand elle passe au crible notre société contemporaine - les mensonges religieux et politiques, les idéologies et le sectarisme -, Françoise Hardy prend vite feu. Si cette frondeuse n'hésite pas à avouer ce qui la révulse, à épingler avec humour ceux qui l'agacent, elle sait aussi faire preuve d'admiration et de tendresse envers des hommes publics comme Michel Rocard ou Hubert Védrine, Nicolas Hulot ou Alain Juppé, Ptrick Modiano ou Michel Houellebecq.
Françoise Hardy nous offre ici son "âge de femme". Elle, l'égérie longiligne des sixties, évoque sans concession l'épreuve de la vieillesse, de sa vieillesse, de la décrépitude des corps. Dans une époque qui refuse à vieillir, il faut un vrai courage d'écrivain pour se confronter à sa propre image et raconter sa souffrance, la maladie, le parcours du combattant auprès des médecins et parfois des charlatans.
Dans ce livre, à la fois poignant et drôle, composé de messages personnels, les souvenirs avec les chanteurs, les couturiers, les artistes, se mêlent aux digressions sur la politique, l'environnement, l'économie, les médias et les médecines douces. Françoise Hardy s'attache enfin à nous faire partager ses passions pour la littérature, l'astrologie, et la spiritualité.
Apparaît toute la sensibilité à fleur de peau d'une artiste qui préfère la solitude, la beauté, à la foire aux vanités.  

J'avais lu son premier ouvrage Le Désespoir des singes et autres bagatelles sorti en 2008 et, en amatrice d'autobiographie, j'avais vraiment apprécié tant le style que le contenu. C'est donc tout naturellement que j'ai fait l'acquisition de sa dernière publication. Dur. La "désillusion", le "cassage d'image", le goût amer en bouche, le désespoir de Françoise qui, heureusement, ne m'a pas gagné.


Mes impressions de lecture

 

La toute première impression que je me souviens avoir eue, dès les premières pages du livre: trouver triste que Françoise Hardy semble si mal dans sa "vieillesse" et ce depuis longtemps apparemment. Mais réflexion faite et après avoir réécouté en souffrant certaines de ses chansons, je me dis qu'elle n'a jamais vraiment respiré la joie de vivre.

Je suis toutefois restée dans un état d'ouverture très large car j'aime lire les pensées des autres, même si elles ne vont pas dans le même sens que les miennes. J'ai donc lu avec intérêt les "avis" de Françoise Hardy, avis qu'elle assène, à mon sens, comme des vérités absolue, ce que je trouve très dérangeant. Si encore elle avait l'excuse d'être drôle et décapante, pourquoi pas. Malheureusement, son livre ne relève pas de la figure de style d'après moi.

L'auteure balaye les thèmes essentiels propres à notre société. Elle nous parle du vieillissement (ça ne donne pas envie), de l'euthanasie (du coup on y pense là maintenant tout de suite même si tout va bien, finissons-en), de la religion (sujet délicat et courageux) qu'elle oppose à la spiritualité (sujet délicat et courageux bis). Elle nous fait part également de ses opinions politiques (ce sont les siennes hein) et de sa perception de l'écologie et "de ses représentants". Je tiens d'ailleurs à réagir sur ce dernier point, là c'est moi qui donne mon avis non autorisé et tranché: je pense que Françoise Hardy a une vision bien restreinte de "l'écologie et de ses représentants". Je me suis étranglée en la lisant. Entre son admiration pour Nicolas Hulot et Maud Fontenoy, il ne semble pas y avoir grand chose d'autre en matière d'écologie dans le paysage de Françoise. Enfin, elle aborde également la médecine alternative (et ses mauvaises expériences dans une sincérité touchante et désarmante), ses lectures, la mode du début du 21e siècle et l'astrologie qu'elle défend de manière intelligente, je trouve.

La toute première impression que j'ai eue en fermant le livre? Un livre qui fait qu'on a l'impression que son auteure est déjà morte. N'est-ce pas tellement triste? Elle donne l'image d'une vieille dame fatiguée et un brin aigrie qui aura passé sa vie à lutter contre la dépression, à se complaire dans le négativisme et à s'isoler de plus en plus. J'espère pour elle qu'elle ne partira pas avec l'impression que tout était bon à jeter, que tout n'a été que souffrance.

Si vous n'avez pas un moral fort en ce moment, je vous déconseille d'avoir la curiosité d'ouvrir ce livre.

Avis non autorisés de Françoise Hardy (2015)
Est-ce que ce livre a sa place dans ma bibliothèque? NON

Ah et au fait, je trouve le quatrième de couverture, après lecture du livre, très mauvais, très pompeux, très.... hypocrite.
Quant à moi, de Françoise, je décide de ne garder qu'une chanson et ces images....








J'espère que ma chronique vous a plu, que vous avez pris du plaisir à me lire. J'espère aussi que Françoise ne me lira pas, à cause de cet attachement bizarre et inexpliqué que j'éprouve pour elle, je ne voudrais pas la blesser.

Quant à vous qui me lisez, merci, portez-vous bien et soyez curieux!

*chuchote* PS: n'oubliez pas de liker la page facebook du blog et de liker aussi mes posts pour qu'ils apparaissent dans votre fil d'actualités. Merciiiiii.

A très vite,
Ness Butterfly

2 commentaires :

  1. Merci pour cet avis bien argumenté et à mon sens bien senti !.
    PS : J'ai bien aussi Françoise... ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi pour ton commentaire et ton compliment :)
      Elle a un côté très attachant je trouve ;)

      Supprimer