samedi 7 septembre 2013

Consom'action, décroissance, etc. #3 - Les déodorants

 

Déo or not déo

Mon pari fou "6 jours sans déodorant"

 

 

Bonjour les curieux! 

Votre statut de curieux doit certainement vous amener d'emblée  à vous demander où je veux en venir avec ce titre un brin bizarre.

Ceux qui me suivent régulièrement se souviennent sans doute de mon haul Oxfam dans lequel je promettais de tester le déodorant fair trade et bio de la marque Natyr. Et bien c'est fait!

Mais avant de vous en parler, quelques mots d'explication sur ce qui m'a amené à vouloir tester ce déodorant. Comme vous le savez peut-être, la plupart des antitranspirants contiennent des sels d'aluminium.

Kesako?
Les sels d'aluminium sont une matière première de l'aluminium, tout comme les silicates d'aluminium et les stéarates  d'aluminium. Il ne s'agit donc pas d'aluminium à l'état pur. Cependant cela reste un composant d'aluminium qui migre à l'intérieur du corps. Et devinez lequel des trois composants précités est le plus nocif? Les sels! Soit ceux que l'on retrouve dans les antitranspirants.

A quoi servent-ils?
Ils servent à réduire  la transpiration, autrement dit la sécrétion de sueur, en diminuant le diamètre des pores de la peau et en réduisant le flux de transpiration. Notez toutefois qu'on ne retrouve pas de l'aluminium uniquement dans les déodorants, mais dans toute une série d'autres produits. Si vous voulez en savoir plus, je vous invite à regarder le documentaire "Aluminium, notre poison quotidien". Je vous conseille fortement de regarder au minimum à partir de la 33e minute, moment où sont abordés les dangers des antitranspirants, témoignage d'un scientifique à l'appui. 

Quels sont les risques?
On soupçonne l'aluminium d'être à l'origine de lésions neurologiques, de cancers du sein et, depuis peu, on le soupçonne également d'être à l'origine de la maladie d'Alzheimer ou au minimum d'augmenter les risques de développer cette maladie (des études sont en cours).

Dans un rapport datant de 2011, l'Afssaps (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé) n'établissait pas de lien entre cancer et sels d'aluminium , mais elle recommandait quand même de ne pas utiliser de produits à base de sels d'aluminium sur une peau lésée, irritée, rasée ou épilée, compte tenu des autres effets possibles: anémie, atteinte osseuse, neurotoxicité. Un toxicochimiste affirme toutefois que l'utilisation des sels d'aluminium, combinée à d'autres facteurs, participe au développement du cancer (source: L'express). De quoi y perdre son latin, non? Et puis la plupart des femmes se rasent ou s'épilent les aisselles, donc bon...



J'ai également lu que les autorités sanitaires recommandent de ne pas dépasser 0,6% de taux de sels d'aluminium dans la composition des anti-transpirants, mais le magazine 60 millions de consommateurs affirme que ce taux est largement dépassé dans certains déodorants.

Des chercheurs vont jusqu'à avancer que l'aluminium est aussi dangereux que le plomb et l'amiante. Si vous voulez en savoir plus, cliquez ici.

Pour ma part, j'ai décidé d'essayer de ne plus utiliser de déo aux sels d'aluminium d'abord par principe de précaution, ensuite parce que je commence à développer des kystes et des fibroadénomes dans la poitrine (ça ne fait pas de moi une personne plus à risque qu'une autre, mais ça  fait réfléchir quand même quand vous vous retrouvez échographiée et ponctionnée!) et enfin parce qu'après m'être documentée sur le net, j'en suis arrivée à la conclusion que l'industrie du déodorante est tout à fait capable de jouer avec notre santé.

Je vais être totalement honnête avec vous, malgré les risques supposés, ne plus utiliser d'antitranspirant n'a pas été facile. Il y avait toujours cette crainte de sentir mauvais.

Pour mon premier déo sans sels d'aluminium, j'ai d'abord jeté mon dévolu sur la marque Vichy (en pharmacie). La première semaine d'utilisation s'est passée sans heurts, j'étais ravie et même étonnée. Allez savoir pourquoi, au bout d'une semaine ce fut la berezina! Dès les premières suées, mêmes légères (je ne souffre pas de sudation excessive), l'odeur que j'exhalais me dérangeait moi-même. Je me suis bénie de ne pas avoir jeté mon ancien déo!

C'est par hasard que j'ai découvert le déo Natyr. Un déo spray (contrairement au Vichy qui était un roll on) très rafraichissant. Je l'ai porté plusieurs jours d'affilée par fortes chaleurs et j'en ai été très contente. Et puis, rebelotte! De nouveau cette odeur qui tourne.





A quoi est-ce dû? Il s'agissait les deux fois d'une odeur différente!  Je pense qu'à un moment de mon cycle, il y a mésentente entre mes hormones et les composants des déodorants... Je jonglais donc jusqu'il y a peu entre le déodorant Natyr une grande partie du mois et mon antitranspirant aux sels d'aluminium le reste du temps. Tout en espérant trouver un déo sans alu qui me convienne. (J'ai bien envie d'essayer celui de Nuxe, bien côté dans cet article: "Sept déo sans alu au banc d'essai" )

Et donc, vous l'avez compris, à un moment donné, j'ai décidé de ne plus utiliser de déodorant du tout.

Qu'est-ce qui m'a amené à vouloir tester le mode "sans déo"?
Bêtement, mal réveillée après un samedi marathon, j'ai oublié de mettre du déodorant dimanche dernier et ma foi, ça s'est plutôt bien passé. Voici donc, au jour le jour, le compte-rendu de ma vie de femme active en mode "sans déo".



Mon pari fou "6 jours sans déo"

 

Jour 1 - Dimanche

Ce fût une journée plutôt calme dans le sens où je n'ai subi aucun stress susceptible de me faire transpirer. Malgré une après-midi tranquille devant mon ordinateur, j'ai passé la matinée à nettoyer et aspirer (dont trois volées d'escalier quand même) donc effort physique de moyenne amplitude. Bilan: aucune odeur désagréable!


Jour 2 - Lundi

Stress dès le matin, rentrée des classes oblige. Non ce n'est pas moi qui reprend le chemin de l'école, mais mon "grand garçon de désormais six ans" qui entre en  1e primaire! Toutes les mamans et toutes les personnes un tant soit peu empathiques comprendront que oui, en plus des crampes dans le ventre, suées dès le réveil! Heureusement tout s'est bien passé ce qui a limité le travail de mes glandes sudoripares.


9h :  maison -tram - bus - école - bus - bureau  et aucune odeur suspecte.

12h: deux petites courses à faire en vitesse, aller-retour en transports en commun.

14h : je me souviens subitement que je ne porte pas de déo. Oh My God! Je n'hume rien de suspect, mais qui sait.... vite vite aux toilettes pour soulever les pans de mon gilet en m'attendant au pire. Et rien, mais rien de rien, je vous assure!

19h: après avoir fait le chemin du retour bureau - bus -  école - métro - maison sous un soleil brûlant et en transports en commun, avoir trimé sur les classeurs et les cahiers, rempli les documents administratifs, aidé pour le premier devoir et la première leçon, préparé le souper, je vous le donne en mille: mais, non, toujours aucune odeur suspecte!


Jour 3 - Mardi

On annonce 24° sur Bruxelles! Ce matin, je choisis de porter une élégante blouse sans manche et, comme il fait quand même un peu frisquet à 7h du mat', je remets le même gilet qu'hier, vous savez, celui qui a survécu à ma journée de rentrée sans déo.

10h: RAS, tout va bien. Je suis au bureau depuis 8h après avoir parcouru l'épique trajet maison-métro-école-bus-bureau, soit en tout une heure de trajet dont vingt minutes à pieds. Odeur de sudation = 0.
A croire que c'était le déo qui me faisait transpirer!



13h: Je sors d'une urgence professionnelle et d'une promenade de trente minutes sous le soleil, gilet sur les épaules et sac sur le dos. Oui, j'ai eu chaud et j'ai transpiré pour de bon cette fois. Pourtant, malgré mes aisselles humides, aucune effluve désagréable ne heurte mon nez, pas plus que le nez de mes collègues. A ce stade, j'envisage sérieusement de prolonger mon pari fou de plusieurs jours.

19h: Le gilet est bon pour le bac à linge sale, mais entre nous, si j'avais mis du déo, ça aurait été pareil, si pas pire.


Jour 4 - Mercredi

Télétravail aujourd'hui! Autant dire degré de mouvance proche de 0, donc sudation proche de 0 aussi sauf si je m'énerve devant mes mails et l'incompétence chronique de certains.Ce ne fut pas le cas.


Jour 5 - Jeudi

Le thermomètre va afficher plus de 30°, même pas peur, je sors en débardeur et sans déo!
Vous connaissez le trajet du matin maintenant, ajoutez à cela un déplacement professionnel un peu stressant et  un bureau surchauffé, je dois avouer que je ne me sentais pas très fraîche. Mais, je n'ai incommodé personne. Par précaution, je me suis parfumée à la mi-journée.


Jour 6 - Vendredi

Il a fait chaud encore aujourd'hui et je me suis encore déplacée pour des raisons professionnelles. A la fin de la journée, je suis allée rechercher mon fils à l'école et nous sommes repassés au marché bio faire le plein de fruits, de légumes et de pains. Autant vous dire qu'avec la chaleur, mon sac à dos, le cartable du loulou et mon énorme sac de courses, j'ai vraiment sué! Je ne me sentais pas fraîche et je ne pense pas que je sentais le frais non plus, mais sans pour autant sentir mauvais.


 

Mes conclusions après mes recherches et mon pari

C'est très simple, au moment où vous lirez ces lignes, mon antitranspirant aux sels d'aluminium se trouvera au fond de ma poubelle. Je vais prolonger mon pari et voir ce que cela donne au fil de mon cycle et de mes variations hormonales. J'utiliserai sans doute encore du déo, en fonction du planning de mes journées, de la température... Et surtout, je vais continuer ma route sur le chemin de la consom'action!

Et vous, que pensez-vous de tout ça?
N'hésitez pas à ouvrir le débat!

Merci de m'avoir lue et que votre weekend soit doux...



Ness Butterfly
Mes Mots En Blog est aussi sur Facebook!

Cette dernière recommande cependant de ne pas utiliser ces produits sur une peau lésée, irritée, rasée ou épilée compte tenu des autres effets possibles du produit, à savoir: anémie, neurotoxicité ou encore atteinte osseuse. Une "petite précaution" pour André Picot, toxicochimiste et expert français honoraire auprès de l'Union européenne qui déclarait récemment au Figaro: "On ne peut pas affirmer que les sels d'aluminium vont provoquer à coup sûr des cancers du sein [...] Je dirais plutôt que cet élément s'ajoute à d'autres facteurs et participe au développement du cancer."
En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/styles/soins/sels-d-aluminium-quelles-alternatives-au-deodorant-antitranspirant_1108326.html#IoBkwqby6VO6IuVl.99
recommande cependant de ne pas utiliser ces produits sur une peau lésée, irritée, rasée ou épilée compte tenu des autres effets possibles du produit, à savoir: anémie, neurotoxicité ou encore atteinte osseuse. Une "petite précaution" pour André Picot, toxicochimiste et expert français honoraire auprès de l'Union européenne qui déclarait récemment au Figaro: "On ne peut pas affirmer que les sels d'aluminium vont provoquer à coup sûr des cancers du sein [...] Je dirais plutôt que cet élément s'ajoute à d'autres facteurs et participe au développement du cancer."
En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/styles/soins/sels-d-aluminium-quelles-alternatives-au-deodorant-antitranspirant_1108326.html#HKv9flTiiLMGYDWw.99

7 commentaires :

  1. Eh bien, ça, c'est se mouiller pour son blog! ;-)
    Bravo pour avoir relevé le défi pendant toute la semaine, je ne pense pas que j'aurais osé...
    Car je sais que mes aisselles ne peuvent pas se le permettre (du moins si je veux éviter d'être repérée en moins de deux par l'odeur...).
    Pas toutes égales face à la transpiration, et
    malheureusement, pas encore trouvé un déo sans composants alu qui fonctionnen sur moi... :-s
    Mais bien sensibilisée à cette problématique!
    Vi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de me trouver courageuse! Mais j'avais un stock d'échantillons de parfum dans mon sac au cas où ;)

      C'est certain que nous ne sommes pas tous égaux face à la transpiration, mais je pense qu'on a quand même souvent une idée biaisée de nos propres odeurs corporelles.

      Supprimer
  2. Quel pari!
    Je ne sais pas si tu as déjà essayé la pierre d'Alun... C'est très efficace et surtout pas dangereux (enfin d'après ce que je sais!). C'est vrai que les déos ont des compositions assez "chimiques" la plupart du temps!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire AnGee!
      J'ai entendu parler de la pierre d'alun, oui. Je vais me documenter et je déciderai si je l'essaie ou pas. Merci pour le tuyau!

      Supprimer
  3. Coucou ma belle!

    Désolée, je ne commente pas assez mais je n'arrive même pas à répondre à temps à mes propres commentaires en ce moment =S

    Joli article, bravo pour le challenge, moi je n'aurai pas osé! Je ne sais pas si tu connais mon déo, mais il est sans sels d'alu, à la pierre d'alun, et franchement moi il me convient bien: odeur assez discrète, mais efficacité acceptable. J'en suis plutôt contente! J'en parle dans cet article, si tu veux revoir l'animal:
    http://www.sephora.fr/Corps-Bain/Hydratant-Nourrissant/Creme-Lait/Baume-Corps-Nourrissant/P765080

    Bravo pour ton blog en tout cas, il est vraiment représentatif de ton amour pour l'écriture mais aussi de ta curiosité =)

    Bisous!
    Mel

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Miss!

      Heureuse de te revoir par ici! Je comprends, ne t'inquiète pas, je n'arrive pas à sortir la tête hors de l'eau non plus pour l'instant! Mais je ne désespère pas et je ne t'oublie pas!

      Merci pour ton compliment sur mon article et mon blog! =D

      Je retournerai voir ton article parce que je ne m'en souvenais pas! Si je l'essaye, je te dirai quoi!

      Bisous!

      Supprimer